Libération de la Corse : Cérémonie à la Stèle du Bataillon de Choc de Calvi - France
Posted by: Groundspeak Premium Member Alfouine
N 42° 34.106 E 008° 45.541
32T E 480220 N 4712920
Quick Description: Le 70ème anniversaire de la libération de la Corse a été marqué ce vendredi matin par unie cérémonie à la stèle du Bataillon de Choc, à Calvi, en présence de nombreuses personnalités et d’anciens combattants.
Location: Corse, France
Date Posted: 4/25/2022 12:48:30 PM
Waymark Code: WM163C4
Published By: Groundspeak Premium Member 3l diesel
Views: 0

Long Description:

The 70th anniversary of the liberation of Corsica was marked this Friday morning by a ceremony at the stele of the Bataillon de Choc, in Calvi, in the presence of many personalities and veterans.


Libération de la Corse : Cérémonie à la Stèle du Bataillon de Choc de Calvi

Credits

Il y avait foule ce vendredi matin pour participer à la cérémonie organisée à l’occasion du 70ème anniversaire de la libération de la Corse à Calvi.
En présence de Ange Santini, maire de Calvi, conseiller territorial, Jean-Toussaint Guglielmacci, adjoint au maire de Calvi, conseiller général de Calvi-Lumio, Gilles Brun, adjoint au maire, président de la communauté de communes de Calvi-Balagne, Didier Bicchieray, adjoint au maire délégué aux ports et plages, Claude Valadier sous-préfet de Corte, le colonel Benoît Desmeulles, chef de corps du 2e REP de Calvi, du Commandant Régis Barillot, commandant la compagnie de gendarmerie de Calvi, le colonel Pierre Neuville, ancien du Bataillon de Choc, Commandeur de la Légion d’honneur a rappelé dans le détail les circonstances de ce débarquement à Ajaccio les 13 et 14 septembre 1943.
Au pied de la stèle édifiée en l’honneur du 11e Bataillon de Choc, dont plusieurs de ses soldats vivent toujours en Balagne et tout particulièrement à Calvi, on peut y lire :
« Premier débarqué sur le sol de France à Ajaccio, les 13 et 14 septembre 1943, le Bataillon de Choc a réalisé sur cette terre l’amalgame de ses volontaires et de la Résistance intérieure. Ici, dans cette citadelle de Calvi, il a forgé son âme et ses armes. Les combats où il s’illustra. Fidèle à sa devise « En pointe toujours » et où 300 de ses chasseurs tombèrent pour la Patrie lui ont acquis une gloire impérissable, une renommée légendaire ».
Claude Valadier, sous-préfet de Calvi prenait à son tour la parole
« C’est avec une grande émotion et un immense honneur que j’ai répondu à à votre invitation Monsieur le Maire, pour célébrer avec vous à Calvi la libération de la Corse, il y a maintenant 70 ans.
« Personne ne devrait oublier la libération de la Corse élevée en modèle pour tout le territoire français » a déclaré M. Kader Arif, ministre délégué, chargé des Anciens Combattants, lors d’une cérémonie récente à Ajaccio.
Les Corse furent ainsi les premiers les « premiers acteurs de la libération de la France », 12000 d’entre eux s’engageant dès 1943 dans l’Armée française pour combattre en Italie, en Provence et jusqu’au cœur de l’Allemagne. Grâce au courage et à la persévérance de femmes et d’hommes qui aimaient profondément cette terre de Corse et leur patrie, la Corse a été le premier département libéré du joug fachiste et nazi.
Nombreux furent ces Résistants qui prirent les armes au nom d’un idéal, qui acceptèrent le risque de la mort pour vivre libres et être en règle avec leur conscience ».
Et de poursuivre : « Nous sommes aujourd’hui rassemblés à la date anniversaire du 13 septembre 1943 qui vit débarquer à Ajaccio les commandos du Bataillon de Choc.
A Alger, le général Henri Giraud, rival du général de Gaulle, déclenchait l’opération « Vésuve ». Il fit ainsi débarquer à Ajaccio une centaine de commandos français de ce Bataillon de Choc, à bord du sous-marin « Casabianca », puis suivirent quelques 6000 tirailleurs, spahi, tabors et goumiers marocains de l’Armée d’Afrique pour appuyer plusieurs milliers de corses en armes.
De nombreuses actions militaires et combats décisifs eurent lieu durant le mois de septembre à travers toute la Corse et en Balagne comme le colonel Neuville a eu l’occasion de vous le rappeler.
La Corse sera enfin libérée le 4 octobre 1943.
La commémoration de ce jour s’inscrit donc dans un double devoirs .
Le devoir de mémoire vous invite à rendre hommage à tous ces hommes et ces femmes qui ont fait le choix du courage alors qu’ils étaient pris dans un engrenage qui les as précipités dans l’enfer.
Le devoir de vigilance qui nous rappelle que l’engagement de ces héros était fondé sur les valeurs de dignité et de liberté ».
« Enfin merci M. le maire d’avoir retenu la date du 13 septembre pour cette commémoration qui fait honneur au Bataillon choc qui lors du 16 juin 1945 en défilant sous l’Arc de Triomphe consacra le triomphe d’une doctrine d’instruction tactique et de formation morale qui avait fait ses preuves au combat.
Il faut se souvenir que ce glorieux Bataillon de Choc installé en garnison de 1943 à 1963 à la citadelle de Calvi a toujours considéré la Corse et Calvi comme son point d’attache sentimental ou il connut ses premiers combats et ou il forgeâ t ses armes pour le grand débarquement en Provence.
Dès son arrivée en septembre 1943, de très nombreux volontaires de l’île de beauté affluerent dans ses rangs, ce qui amena le commandement à créer en son sein une 4e compagnie « La Corse » qui fut doté d’un fanion frappé de la tête de maures ».
Et de conclure : « Je ne peux conclure mon intervention sans avoir une pensée pour le compagnon de la libération Fred Scamaroni, ce haut fonctionnaire blessé au combat en 1940 rallia le Général de Gaulle à Londres, devenant oficier à l’Etat-Major de la France libre et organisant la Résistance insulaire.
Arrêté et torturé par la Police politique fachiste italienne en mars 1943 à Ajaccio, Fred Scamaroni, qui avait 29 ans, se suicida dans sa cellule en se déchirant la gorge avec un fil de fer pour ne pas parler à ses bourreaux.
Ce matin, nous nous recueillons devant le Monument aux Morts et nous avons une pensée pour tous ceux qui nous permettent aujourd’hui de vivre en paix.
Vive la Corse, vive la France, vive la République ».
Les autorités civiles et militaires procédaient à un dépôt de gerbes.
Les participants étaient ensuite conviés à un apéritif offert à l’Hôtel Saint Christophe par la municipalité de Calvi, avant le traditionnel repas des anciens combattants.


Liberation of Corsica: Ceremony at the Stele of the Bataillon de Choc of Calvi

There was a large crowd this Friday morning to participate in the ceremony organized on the occasion of the 70th anniversary of the liberation of Corsica in Calvi.
In the presence of Ange Santini, mayor of Calvi, territorial councillor, Jean-Toussaint Guglielmacci, deputy mayor of Calvi, general councillor of Calvi-Lumio, Gilles Brun, deputy mayor, president of the community of communes of Calvi-Balagne, Didier Bicchieray, deputy mayor in charge of ports and beaches, Claude Valadier sub-prefect of Corte, Colonel Benoît Desmeulles, commander of the 2nd REP in Calvi, Commander Régis Barillot, commander of the Calvi gendarmerie company, Colonel Pierre Neuville, former member of the Bataillon de Choc, Commander of the Legion of Honor, recalled in detail the circumstances of the landing in Ajaccio on September 13 and 14, 1943.
At the foot of the stele erected in honor of the 11th Bataillon de Choc, many of whose soldiers still live in Balagne and especially in Calvi, one can read:
"First landed on French soil in Ajaccio, on September 13 and 14, 1943, the Bataillon de Choc achieved on this land the amalgamation of its volunteers and the Internal Resistance. Here, in this citadel of Calvi, it forged its soul and its weapons. The fights where he distinguished himself. Faithful to his motto "En pointe toujours" (Always on point) and where 300 of his fighters fell for the Fatherland, he acquired an imperishable glory, a legendary fame".
Claude Valadier, sub-prefect of Calvi took his turn to speak
"It is with great emotion and honor that I accepted your invitation, Mr. Mayor, to celebrate with you in Calvi the liberation of Corsica, 70 years ago.
"No one should forget the liberation of Corsica, which was raised as a model for the entire French territory," declared Mr. Kader Arif, Minister Delegate in charge of Veterans' Affairs, during a recent ceremony in Ajaccio.
The Corsicans were thus the first "first actors of the liberation of France", 12,000 of them joining the French Army in 1943 to fight in Italy, in Provence and in the heart of Germany. Thanks to the courage and perseverance of men and women who deeply loved this land of Corsica and their homeland, Corsica was the first department liberated from the fascist and Nazi yoke.
Many were these Resistance fighters who took up arms in the name of an ideal, who accepted the risk of death in order to live free and be in line with their conscience".
And he continued: "Today we are gathered on the anniversary of September 13, 1943, when the commandos of the Bataillon de Choc landed in Ajaccio.
In Algiers, General Henri Giraud, General de Gaulle's rival, launched the "Vesuvius" operation. He had a hundred or so French commandos from the Bataillon de Choc disembark in Ajaccio on board the submarine "Casabianca", followed by some 6,000 Tirailleurs, Spahis, Tabors and Moroccan Goumiers from the African Army to support several thousand Corsicans in arms.
Numerous military actions and decisive battles took place during the month of September throughout Corsica and in the Balagne region, as Colonel Neuville had the opportunity to remind you.
Corsica was finally liberated on October 4, 1943.
The commemoration of this day is therefore part of a double duty.
The duty of memory invites you to pay homage to all these men and women who made the choice of courage while they were caught in a spiral that precipitated them into hell.
The duty of vigilance that reminds us that the commitment of these heroes was based on the values of dignity and freedom.
"Finally, thank you, Mr. Mayor, for having chosen the date of September 13 for this commemoration, which honors the Shock Battalion which, on June 16, 1945, by marching under the Arc de Triomphe, consecrated the triumph of a doctrine of tactical instruction and moral training that had proven itself in combat.
It should be remembered that this glorious Shock Battalion, garrisoned from 1943 to 1963 at the Calvi citadel, always considered Corsica and Calvi as its sentimental home base, where it experienced its first battles and where it forged its weapons for the great landing in Provence.

As soon as it arrived in September 1943, many volunteers from the island of beauty flocked to its ranks, which led the command to create a 4th company "La Corse" which was given a pennant bearing the Moorish head.
And to conclude: "I cannot conclude my speech without thinking of the companion of the liberation Fred Scamaroni, this high civil servant wounded in combat in 1940 rallied General de Gaulle in London, becoming an officer in the General Staff of the Free France and organizing the island Resistance.
Arrested and tortured by the Italian fascist political police in March 1943 in Ajaccio, Fred Scamaroni, who was 29 years old, committed suicide in his cell by tearing his throat with a wire so as not to speak to his executioners.
This morning, we gather in front of the Monument to the Dead and we have a thought for all those who allow us today to live in peace.
Long live Corsica, long live France, long live the Republic".
The civil and military authorities proceeded to a deposit of wreaths.
The participants were then invited to an aperitif offered at the Hotel Saint Christophe by the municipality of Calvi, before the traditional meal of the veterans.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)


Premier débarqué sur le sol de France à Ajaccio les 13 et 14 septembre 1943. Le bataillon de choc à réalisé sur cette terre l'amalgame de ses volontaires et de la résistance intérieure. Ici dans cette citadelle de Calvi il a forgé son âme et ses armes. Les combats qu'il illustra fidèle à sa devise (en pointe toujours) et où 300 de ses chasseurs tombèrent pour la patrie lui ont acquis une gloire impérissable et une renommée légendaire.

First landing on French soil in Ajaccio on September 13 and 14, 1943. The shock battalion realized on this land the amalgam of its volunteers and the internal resistance. Here in this citadel of Calvi, it forged its soul and its weapons. The battles that it illustrated, faithful to its motto (always on point) and where 300 of its fighters fell for the fatherland, acquired for it an imperishable glory and a legendary fame.

Property Permission: Public

Access instructions: No restrictions

Website for Waymark: [Web Link]

Commemoration: Bataillon de choc

Date of Dedication: Not listed

Access times: Not listed

Location of waymark: Not listed

Visit Instructions:
Include a photo containing, at minimum, the monument and your GPSr. We'd prefer a photo containing YOU at the monument, but we understand that some people are camera-shy.
Also include a bit about your visit here.
Search for...
Geocaching.com Google Map
Google Maps
MapQuest
Bing Maps
Nearest Waymarks
Nearest World War II Memorials / Monuments
Nearest Geocaches
Nearest Benchmarks
Create a scavenger hunt using this waymark as the center point
Recent Visits/Logs:
There are no logs for this waymark yet.